"Qu’est-ce qui t’arrive, la grande gamine ?
- Je ne sais pas. Petit coup de blues. Je pense à ceux qui sont partis : ils me manquent…Ma mamie, mon tonton, et les autres. 
- Le meilleur remède que je connaisse pour toi, la grande gamine, c’est la création ! Ecris… Ou bien reprends les crochets de ta mamie partie et crée, la grande gamine. Oui, crée : c’est là ton salut ..."

Alors la grande gamine crée, fait tourner le crochet  et une pensée lui vient à l’esprit :

Mais qu’est-ce qui cloche ?

DSC03387

DSC03388

 

C’est drôle la langue française : une lettre change et les sens s’opposent.
Si je dis : " tu veux une mandale ?"
Pas sympa. Personne n’en veut.

Maintenant, si je dis : " tu veux un mandala ?"
Là oui, il y a des amateurs.

C’est complexe la langue française. A une lettre près, c'est plaisant ou déplaisant… Etrange !

Autre exemple ?
Si je dis : " t’es vraiment carré ", je crois que la personne concernée le prend comme un compliment ; c'est plutôt bien d'être carré.
Mais si je dis : " t’es vraiment taré ". Il me semble qu’on ne dit pas la même chose de cette personne. Hein ?

En temps de dispute, on peut souhaiter à l'autre une "bonne trêve ", ou...une "bonne crêve " !

Je cherche d’autres exemples. Parfois, ce sont des mots de sens différents mais ils ont le même effet :
« Ne passez pas par-là : les poulets sont au bout de la rue » est équivalent à " Ne passez pas par-là, les boulets sont au bout de la rue."
Le résultat est le même : on passe par ailleurs, non ? 

En revanche, d’autres mots fonctionnent bien ensemble, dans une relation de cause à effet :
Par exemple.
"Tu dégazes, tu dégages. "
Tout le monde est d’accord, là ? De l'un découle l'autre.

Je retourne à la création textile ; ça vide la bête... euh, la tête !