Rien n'a changé chez la grande gamine. Non rien, si ce n'est le boulot. 

Même maison, même auto, même mari, même fille...quoique celle-ci a bien changé...

- Maman, tu n'as pas du maquillage ?
- Euh, non. Tu vois bien que je ne me maquille pas (ça non plus, ça n'a pas changé)
- T'es top ringarde ! Si tu t'arrangeais un peu.

Oui je sais ; j'ai l'impression d'entendre son père... Mais la grande gamine est ainsi : elle ne veut pas d'artifice ! Elle est telle qu'elle est et elle assume. 

Pas de maquillage dans la maison, pensait la grande gamine. La petite peut fureter, elle n'en trouvera pas. Et pourtant la petite est entrée dans la pièce comme je ne l'avais jamais vue :

- Je vais t'expliquer ce qu'il faut faire.

Première réflexion : où a t'elle eu le maquillage ? Elle a du trouver des périmés au fin fond d'un tiroir oublié. Et des périmés de longue date !

Seconde réflexion : ce qu'il faut faire ? Ça ?  Je reste perplexe. Quelle imagination chez cette enfant ! (Je vais fermer la porte d'entrée à double tour.)

Les cheveux en chignon, des yeux charbonneux, des lèvres rouge fuchsia, un pull camouflage, un jean slim et d'énormes pataugas. Et ça donc, c'est bien ?

Je reste perplexe : la coiffure d'une geisha avec des yeux de zombie tout noir, apposée à une bouche digne d'une femme de petite vertu, je doute que cela soit le style que je veuille suivre.

Je vais rester top ringarde : ça me va tout à fait  ! 

La petite a voulu sortir comme ça. J'ai bagarré sec. "Au lit, sans dessert !

Le lendemain, elle avait changé d'avis : j'ai couru à la pharmacie acheter des crèmes apaisantes pour l'épiderme du visage.
Je crois que je vais être tranquille avec ces histoires de maquillage.

Et cette fois, tout est vraiment à la poubelle.